Sumário dos números já publicados

2009-2Terminologie : orientations actuelles
(Terminology: current trends )
Clique no livro para ler um resumoEste número está on line, em versão integral, no portal: Cairn.info
  • John HUMBLEY (CNRS)
    Terminologie : orientations actuelles
    (Terminology: current trends)
    pp. 5-8
  • Maria Teresa CABRÉ (Barcelone, Espagne)
    La Teoría Comunicativa de la Terminología, una aproximación lingüística a los términos
    (The communicative theory of Terminology, a linguistic approach of terms)
    pp. 9-15

    Profitant des nouveaux courants de la linguistique générale, la théorie de la terminologie a beaucoup évolué ces dernières années en réaction aux nouveaux besoins de communication spécialisée. La théorie générale de la terminologie, orientée autrefois vers les questions de normalisation, cède la place à une approche plus ouverte, mais placée fermement au sein de la linguistique, plus apte à rendre compte de la multiplicité de scénarios de la communication scientifique et technique. La théorie communicative de la terminologie est une approche linguistique qui considère que les termes sont en même temps des unités de langue, de cognition et de fonctionnement social. L’article examine les bases théoriques de cette approche, son adéquation pour la description linguistique des termes et de leur valeur empirique pour rendre compte de la diversité des données terminologiques, sans pour autant exclure la possibilité d’étudier ces unités d’autres points de vue.


    Keywords: 
  • Joaquín GARCÍA PALACIOS (Salamanque, Espagne)
    La competencia neológica especializada en el estudio y la actuación sobre la neología terminológica
    (The need for specialised neological competence for the study and application of terminological neology)
    pp. 17-30

    Le travail sur la néologie terminologique passe nécessairement par l’étude approfondie de tous les éléments impliqués dans les processus de création lexicale dans un domaine de spécialité donné, dont celui que l’on appellera compétence néologique spécialisée s’avère fondamental. Cet article part de la réflexion sur la néologie terminologique menée au cours des décennies précédentes pour mettre en œuvre une approche englobante qui comprend les apports conjoints des différentes disciplines linguistiques.


  • Pascaline DURY & Aurélie PICTON (Lyon 2 / Toulouse)
    Terminologie et diachronie : vers une réconciliation théorique et méthodologique ?
    (Terminology and diachrony: towards a theoretical and methodological reconciliation)
    pp. 31-41

    La dimension diachronique n’est pas encore exploitée comme elle le mériterait en terminologie. Après avoir dressé un bilan en demi-teinte et énuméré les différentes raisons (d’ordre historique, technique, pragmatique et psychologique) qui peuvent expliquer un tel manque d’intérêt pour la diachronie dans la discipline, nous montrerons que les développements de la linguistique de corpus et de l’informatique peuvent contribuer à renverser la tendance. Nous évoquerons à ce sujet quelques travaux effectués depuis 2004 qui ouvrent la voie à des recherches de type diachronique en terminologie. Enfin, dans une dernière partie, nous nous interrogerons sur ce qu’il reste à faire, sur le plan méthodologique notamment, pour attirer l’attention des linguistes-terminologues sur la dimension temporelle des langues de spécialité.


  • Taoufik MASSOUSSI & Salah MEJRI (Paris 13)
    Traitement automatique des métonymies
    (Automated processing of metonymies)
    pp. 43-56

    La métonymie participe activement à la lexicalisation dans la langue générale tout comme dans les langues de spécialité. Cet article montre comment les principes développés pour rendre compte de manière automatique de la langue générale sont directement applicables aux langues de spécialité.


  • Morten PILEGAARD (Aarhus, Danemark)
    Collaborative repositories: An organisational and technological response to current challenges in specialised knowledge communication?
    pp. 57-71

    Cet article présente les concepts et les systèmes qui permettent la codification, la représentation, la validation et le partage de connaissances textuelles et terminologiques multilingues structurés autour de la notion de genre. Ces systèmes exploitent les différentes phases du « cycle vertueux de connaissances » au sein d’un dictionnaire spécialisé multilingue accessible sur le web et d’un corpus multilingue de textes médicaux comportant des hiérarchies ou des systèmes génériques. Notre démarche, qui privilégie le cycle des connaissances, reflète les processus de travail de la vie réelle et permettent la transformation de connaissances sans cesse renouvelées de formes tacites en formes explicites. Les connaissances, ainsi codifiées vont de l’individu au niveau collectif pour constituer une « communauté de pratique ». L’article rend compte des résultats de la mise en œuvre de ces concepts et de ces systèmes en général, et du dictionnaire en particulier au sein du contexte danois du système de santé publique, de l’industrie pharmaceutique, de l’équipement médical et de la traduction médicale, qui, d’un point de vue technologique, se trouvent désormais fusionnés au sein d’un « cluster de connaissance » collectif, et évalue les ouvertures pour l’exploitation scientifique et commerciale de la fusion des technologies de la langue et de la santé.


  • Susanne LERVAD (Termplus ApS, Danemark)
    Recherche en terminologie et applications pratiques : quelques axes de collaboration avec des partenaires industriels danois
    (Research in terminology and practical applications: ways of co-operation with partners in the Danish industry)
    pp. 73-80

    Notre contribution porte sur les travaux de terminologie réalisés dans l’industrie éolienne et dans le domaine des soins de santé au Danemark ; nous nous fonderons pour cela sur l’exemple pratique de la société Termplus ApS, qui offre des services de conseil afin de mettre en place des bases terminologiques et de connaissances dans différents domaines spécialisés au Danemark. Dans cet article nous nous focalisons en particulier sur les problèmes pratiques de la gestion de la synonymie dans un contexte industriel. L’expérience prouve que la grande majorité des sociétés ont tendance à adopter progressivement plusieurs termes désignant un seul concept ou un seul processus de travail, ce qui donne lieu à des incompréhensions et à des incohérences qui peuvent, dans le pire des cas, provoquer des pertes financières ou mettre en péril des personnes par mauvaise interprétation de décisions ou de procédures de sécurité. Pour offrir au monde professionnel l’opportunité de mieux gérer ses ressources linguistiques, Termplus ApS établit des passerelles avec la recherche de pointe en langues de spécialité afin d’aider les entreprises à adopter le langage systématique, professionnel et clair dont elles ont besoin.


  • Henning BERGENHOLTZ (Aarhus, Danemark)
    Schnellerer und sicherer Datenzugriff in gedruckten und elektronischen Fachwörterbüchern und Lexika
    (Faster and more reliable retrieval of data in specialized printed and digital dictionaries and lexicons)
    pp. 81-97

    A l'ère de l'information, jamais auparavant nous n'avons disposé d'un tel accès aux données. Parallèlement, le besoin d'information n'a sans doute jamais été aussi important. Nous pouvons distinguer trois types de besoins d'information : les besoins communicatifs, les besoins cognitifs, et les besoins opérationnels. En général, les dictionnaires focalisent sur une ou plusieurs fonctions communicatives, tandis que les encyclopédies focalisent sur les fonctions cognitives. Pour pouvoir réaliser ces fonctions, nous avons besoin d'ouvrages de référence contenant les données nécessaires. Il s'agit là d'une question centrale en métalexicographie aussi bien qu'en terminographie. Pourtant, bien peu d'attention a été réservée à la question suivante, pour le moins tout aussi cruciale : de quelle manière, et en particulier à quelle vitesse, l'utilisateur peut-il accéder aux données ?


  • Patrick LEROYER & Rufus GOUWS (Aarhus, Danemark / Stellenbosch, Afrique du Sud)
    En termes de vin : lexicographisation du guide œnotouristique en ligne
    (In terms of wine: lexicographisation of an on-line tourist guide for wine-lovers)
    pp. 99-116

    Outils de communication d’image et de connaissances spécialisées, les guides touristiques en ligne intègrent une variété de structures lexicographiques : nomenclatures, articles, schémas conceptuels, index et registres, options de recherche à partir de mots-clés, systèmes de renvois internes et externes, etc. Ceci n’est guère surprenant dans la mesure où ce qui est requis est l’accès performant aux données permettant d’extraire l’information, tout comme en lexicographie. La thèse fonctionnelle que nous développons ici est que la lexicographisation est à même de démultiplier les modalités d’accès aux données dans la perspective de l’utilisateur. Prenant les guides œnotouristiques comme cas de figure, nous passerons en revue les situations d’utilisation motivant la recherche de l’information, en particulier la recherche de l’information expérientielle, dans laquelle l’utilisateur consulte le guide en vue d’optimiser les conditions de son expérience œnotouristique. Nous formulerons à la clé des propositions théoriques visant à optimiser l’interaction des fonctions lexicographiques, de la présentation des données et des modalités d’accès.


  • François MANIEZ (Lyon 2)
    L’adjectif dénominal en langue de spécialité : étude du domaine de la médecine
    (Denominal adjectives in specialised language: the case of the medical domain)
    pp. 117-130

    L’adjectif relationnel est un élément-clé de toute langue de spécialité, en français comme dans d’autres langues. Son utilisation en lieu et place d’un complément de nom participe du principe d’économie de la langue, mais caractérise également le discours du spécialiste, qui parle d’un « cancer mammaire » ou d’un « infarctus myocardique » là ou le non-spécialiste parlera de « cancer du sein » ou d’« infarctus du myocarde ». Après avoir examiné l’adjectif relationnel sous ses aspects morphologiques, syntaxiques et sémantiques, nous nous fondons sur l’exploitation d’un corpus d’articles de recherche médicale de langue française de huit millions de mots afin de déterminer quels sont les facteurs qui favorisent l’emploi de l’adjectif relationnel par opposition à la complémentation par un groupe prépositionnel, avant d’étudier la variation des usages des adjectifs coronaire et coronarien.


Resenhas
  • Insikter om insikt : Nordiska teser om fackkommunikation, de C. Laurer, J. Myking & H. Picht
    par J. Humbley
    pp. 131-132
  • TOTh 08. Terminologie et Ontologie : Théories et Applications, de C. Roche
    par J. Humbley
    pp. 132-133
  • Kunnskap og fagkommunikasjon : Nordterm 15, de J. Hoel
    par J. Humbley
    pp. 133-134
  • Progression dans l'enseignement du français langue première au secondaire québecois, de S. Chartrand
    par M. Elalouf
    pp. 134-136