Prosódia

  • Philippe BOULA DE MAREÜIL (Paris Sud)
    Variation diachronique dans la prosodie du style journalistique : le cas de l'accent initial
    (Diachronic variation in the prosody of French news announcer speech: changes in word initial accent)
    2012, Vol. XVII-1, pp. 97-111

    Cette étude traite de l'évolution de la prosodie dans le style journalistique français, à partir de l'analyse acoustique d'archives audiovisuelles remontant aux années 1940. Un corpus d'une dizaine d'heures de parole a été examiné automatiquement, et nous nous sommes concentrés sur l'accent initial, qui peut donner une impression de style emphatique. Des mesures objectives suggèrent qu'en un demi-siècle les traits suivants ont diminué : la hauteur de voix des journalistes, la montée mélodique associée à l'accent initial et la durée vocalique caractérisant un accent initial emphatique. Les attaques de syllabes initiales accentuées, quant à elles, se sont allongées. Ce résultat suggère que les corrélats de durée de l'accent initial ont changé au cours du temps, dans le style journalistique français.


  • Philippe BOULA DE MAREÜIL (Paris Sud)
    Caractérisation de styles de parole et d’accents étrangers à travers l’imitation : comparaisons entre français et portugais brésilien
    (Characterisation of speaking styles and foreign accent through imitation: comparison between French and Brazilian Portuguese)
    2018, Vol. XXIII-1, pp. 31-44

    <p>Pour l’étude rapportée ici, nous avons demandé à des locuteurs natifs de français et de portugais brésilien de lire un texte de façon neutre (dans les deux langues), imitant un style journalistique et imitant un accent étranger brésilien/français. Le but était d’analyser ce que l’imitateur renforce comme traits saillants d’un style de parole ou d’un accent étranger, au niveau de la prosodie, notamment, mais également en matière de prononciation du /R/ pour l’accent français/brésilien. Il ressort des résultats, en français comme en portugais brésilien, que la tendance à l’accentuation initiale est une caractéristique essentielle du style journalistique, tandis que la prononciation du /R/ est un des traits les plus marquants de l’accent étranger.</p>


  • Geneviève CAELEN-HAUMONT (CNRS-Grenoble)
    Lexique, indices mélodiques et auto-interprétation
    (Lexicon, melodic indices and auto-interpretation)
    1996, Vol. I-1, pp. 25-40

    L'objectif de cet article est de tenter, grâce à une expérimentation, de dresser un bilan des relations entre la prosodie et les différents domaines de la linguistique (syntaxe, sémantique) et de la pragmatique. La prosodie exerçant la fonction de véhiculer l'interprétation du sens que le locuteur accorde à son discours, la méthode qui est proposée est de définir des modèles linguistiques qui se prêtent à une quantification de telle manière qu'ils puissent à la fois fournir une stratégie interprétative des contenus linguistiques et également prédire une structuration mélodique de la trame lexicale. En nous appuyant sur les résultats d'une expérimentation montrant les liens entre d'une part les contraintes propres au texte, à la situation du discours et ses phases, et d'autre part la distribution des modèles et des indices mélodiques, nous définissons la prosodie, et plus précisément la mélodie, comme un lieu subjectif d'instanciation d'une dimension linguistique ou pragmatique dans un espace de nature pragmatique.


  • Sophie HERMENT (Aix-Marseille Université)
    Apprentissage et enseignement de la prosodie : l’importance de la visualisation
    (Learning and teaching suprasegmentals: the importance of visualisation)
    2018, Vol. XXIII-1, pp. 73-88

    <p>À partir des outils de la recherche comme le logiciel de traitement de la parole PRAAT, le logiciel d’annotation automatique SPPAS et le corpus d’apprenants AixOx, cet article propose quelques exemples d’applications pédagogiques possibles pour l’aide à l’apprentissage / enseignement de phénomènes prosodiques de l’anglais pour des apprenants francophones en collèges et lycées. La théorie sous-jacente est celle de l’approche britannique et les illustrations concernent les trois types de décision que le locuteur doit prendre : la division en unités intonatives, le placement des proéminences et les mouvements mélodiques. Cet article défend l’idée que la visualisation et la comparaison de productions de natifs et d’apprenants peuvent aider à mieux comprendre et donc mieux appréhender la prosodie de l’anglais L2.</p>


  • Rasmus PERSSON (Université de Linköping & Université d’York)
    La prosodie comme ressource pour l’organisation de l’interaction : état des lieux et illustrations
    (Prosody as a resource for the organisation of interaction: a review and some illustrations)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 33-52

    <p>Cet article offre un état des lieux de la recherche portant sur les liens entre la prosodie et l’organisation de l’interaction sociale. Nous faisons un survol des principaux travaux sur le formatage prosodique et phonétique et sa pertinence procédurale pour l’interaction, selon trois axes : la gestion de la parole, l’organisation séquentielle, et la construction des actions. Dans chaque cas, nous offrons également des analyses illustratives de données en français.</p>


  • Shirley VINTER (Besançon)
    La prosodie, structure d'accueil des compétences langagières. L'apport de la pathologie
    (Prosody and its importance in acquiring language skills by hearing impaired children)
    2001, Vol. VI-1, pp. 21-34

    L'objectif de cette étude est de montrer l'intérêt d'une approche psycholinguistique pour une meilleure compréhension des enfants souffrant de troubles du langage. Dans le cadre de l'Intonologie Developpementale Interactive, à travers l'analyse d'interactions adultes-enfants sourds et adultes-enfants dysphasiques, on insistera sur le rôle de la prosodie - rythme et mélodie - dans les enchaînements conversationnels, et comme structure d'accueil des futures compétences langagières de l'enfant.


  • Brigitte ZELLNER (Lausanne, Suisse)
    Structures temporelles et structures prosodiques en français lu
    (Temporal and prosodic structures in French reading)
    1996, Vol. I-1, pp. 7-23

    Si la composante prosodique est intégrée dans les systèmes de synthèse de la parole depuis plusieurs années, une dimension temporelle a cependant été peu prise en compte. Il s'agit de la fluidité de la parole. Une parole fluide se caractérise par une gestuelle verbale produite avec aisance, avec des transitions et des attaques douces et un débit rapide et sans heurt. Il sera montré que, pour le français, le manque de fluidité dans les paroles de synthèse actuelles s'explique par la génération d'une structuration temporelle trop pauvre car cette structure est supposée être congruente à la structure accentuelle. Une nouvelle approche de l'organisation temporelle de l'énoncé sera ensuite présentée.