Ensino de línguas

  • Galina BOUBNOVA (Moscou, Russie)
    Correction phonétique : enseignement du français / du russe à des apprenants russophones / francophones
    (Phonetic correctness: the case of the teaching of French to Russophone learners and Russian to French learners)
    2006, Vol. XI-1, pp. 7-19

    Confronté aux nouvelles sonorités d'une langue étrangère, un apprenant adulte met en place une stratégie d'appropriation auditive qui opère par rapprochements et identifications surdéterminés par la catégorisation phonologique appartenant à sa langue maternelle. La correction phonétique telle qu'on la pratique le plus souvent dans une classe de langue étrangère en Russie privilégie le visuel et le tactilo-kinestésique grâce à de nombreux exercices de gymnastique articulatoire. Reliant la prononciation au contrôle neuromusculaire, cette pratique néglige la composante prosodique. La correction prosodique présentée dans cet article combine pour l'apprenant deux entrées au signal sonore : la perception visuelle et l'écoute. L'exploitation du canal visuel permet d'optimiser l'accès à la prosodie de la L2 aussi bien à l'étape de la perception qu'à celle de la production.


  • Piet DESMET (Lille 3)
    L'enseignement/apprentissage des langues à l'ère du numérique : tendances récentes et défis
    (Teaching and learning languages in the digital era: recent tendencies and challenges)
    2006, Vol. XI-1, pp. 119-138

    La montée en puissance du numérique fait que les TIC font de plus en plus partie des outils de base de tout enseignant de langues et que la classe de langues devient, au moins en partie, numérique. Dans cette contribution, nous commentons sept tendances récentes qui se dessinent dans le domaine de l'enseignement des langues assisté par ordinateur (ELAO). Nous illustrons chacune des tendances à travers une sélection de projets récents réalisés au sein de notre groupe de recherche ALT, Research Center on CALL.


  • Martine DREYFUS (Montpellier 3)
    Enseignement/apprentissage du français en Afrique : bilan et évolutions en 40 années de recherches
    (Teaching and learning of French in Africa: balance and development in 40 years of research)
    2006, Vol. XI-1, pp. 73-84

    Cet article essaie de montrer comment le développement des recherches sur la variation du français parlé en Afrique francophone au contact d'autres langues a accompagné l'évolution des représentations vis-à-vis du français et de son enseignement. Les études menées sur l'appropriation du français à travers l'analyse de modes informels et empiriques d'acquisition ont également influencé les perceptions et les représentations vis-à-vis de l'apprentissage du français. Actuellement, les recherches se déplacent vers l'analyse des interactions effectives dans le cadre de la classe. C'est à la fois la constitution d'un vaste corpus de données sur l'acquisition et l'apprentissage du français qui est retracée ici ainsi que les perspectives qu'offrent ces études pour un renouvellement de l'enseignement/apprentissage du français en Afrique.


  • Marie-Laure ELALOUF (Cergy-Pontoise)
    Le traitement des connecteurs dans les Instructions officielles et les manuels (français L1 / anglais L2)
    (Connectors in French ministerial directives and textbooks (French L1/English L2))
    2011, Vol. XVI-2, pp. 121-140

    <p>Dans les programmes du français, le terme de <em>connecteur</em> est devenu un terme englobant pour désigner des mots invariables réunis selon des critères sémantiques, voire tout syntagme commutant avec un adverbe à valeur circonstancielle. Etudiés sous forme de listes, les connecteurs n'assument pas leur fonction de guide pour l'interprétation en langue 1. La conscience des apprenants n'étant pas attirée sur le fonctionnement de ces unités hétérogènes en anglais, ces difficultés se retrouvent <em>a fortiori</em> en langue 2. Le filtre préalable de la langue maternelle, joint aux savoirs approximatifs sur le français, conduisent à des relations biunivoques nuisant aux savoir-faire argumentatifs en langue 2, les articulations plaquées apprises en listes prenant parfois le pas sur les contenus des productions. Une réflexion métalinguistique, s'appuyant sur la comparaison des systèmes linguistiques, appellerait la définition progressive de métatermes communs.</p>


  • Danièle FLAMENT-BOISTRANCOURT (Paris X-Nanterre)
    Présentation : Enseignement/apprentissages des langues à l'aube du XXIe siècle : enjeux et tendances
    (Learning/acquiring foreign languages: new tendencies)
    2006, Vol. XI-1, pp. 5-6
  • Juana GIL FERNÁNDEZ (Madrid, Espagne)
    L'’enseignement de la prononciation : rapport entre théorie et pratique
    (The teaching of pronunciation: the widening gap between fundamental research and classroom practice)
    2012, Vol. XVII-1, pp. 67-80

    Ces dernières années, dans le domaine de la formation des professeurs de L2 et, plus particulièrement, des professeurs de prononciation, la fracture s'est encore creusée entre la recherche fondamentale et l'application de ses découvertes dans les salles de classe. Cela est dû, en partie, au fait que l'on a insisté sur les aspects méthodologiques au détriment de la connaissance même de la matière. Dans cet article, nous défendons, à partir de deux exemples concrets, le besoin de tenir en permanence les professeurs de prononciation au courant des découvertes faites par la recherche en phonétique / phonologie, créant ainsi un dialogue profitable aux deux facettes de la discipline.


  • Marjan KRAFFT-GROOT (Lille 3)
    Eurorégions et enseignement des langues : le cas du néerlandais dans le Nord/Pas-de-Calais
    (Euroregions and language teaching: the case of Dutch in Northern France)
    2006, Vol. XI-1, pp. 61-71

    L'évolution de la langue néerlandaise dans le Nord de la France au fil des siècles et son enseignement sont intimement liés. En raison d'une quasi-absence de politique linguistique du primaire à l'université, les effectifs des apprenants du néerlandais restent faibles. De plus, l'histoire commune des trois pays impliqués (la France, la Belgique et les Pays-Bas) n'est pas vécue de la même façon. Il est donc nécessaire que l'enseignant de néerlandais dans le Nord de la France situe la langue qu'il enseigne dans un cadre historique et culturel, sans pour autant émettre de jugements. De son côté, l'apprenant doit mener une réflexion de nature à le préparer à une réciprocité transfrontalière. Seules cette approche et une politique économique adéquate à l'égard de l'enseignement du néerlandais à tous les niveaux de la scolarité permettront à cette langue de prendre son envol.


  • Edith NICOLAS (CNRS)
    L'enseignement de langues en voie de disparition : le cas australien
    (Teaching disappearing languages: the case of Australia)
    2000, Vol. V-1, pp. 61-69

    Les démarches sont aujourd'hui nombreuses pour tenter de ralentir la disparition dramatique des langues traditionnelles aborigènes australiennes. L'une d'entre elles consiste à introduire l'enseignement de ces langues dans le cursus scolaire. Ce procédé de revivification soulève cependant une série de questions qui dépassent le simple cadre pédagogique. Conséquence de deux siècles de colonisation, la disparition du patrimoine linguistique et culturel rend sa sauvegarde actuelle délicate. Possède-t-on suffisamment d'informations pour sauver toutes les langues ? Existe-t-il un personnel formé pour le faire ? Après une présentation générale, nous proposons de rendre compte de notre projet d'un guide pour l'enseignement de la langue bardi (Australie Occidentale), qui nous mène à réfléchir sur la nature même de ce type d'intervention.