Distúrbios de linguagem

  • Henny BIJLEVELD (Université Libre de Bruxelles)
    Multilinguisme et troubles du langage : état des lieux et modes d'action auprès d'enfants de la région de Bruxelles
    (Multiligualism and language disorders: current situation and specific actions with chidren in the Brussels region)
    2018, Vol. XXIII-2, pp. 29-44

    <p>Après avoir situé le multilinguisme à l’échelle de Bruxelles, les auteures complètent l'article de F. Grosjean (dans ce numéro) en survolant, sous un autre angle, les diverses formes de multilinguisme, ses modalités d’acquisition et ses avantages qui dépassent de loin quelques éventuels inconvénients. Elles décrivent et analysent comment se passe une consultation pour enfants et adolescents multilingues qui sont envoyés pour troubles du langage. Elles s'intéressent plus précisément encore au bégaiement pour réfuter un préjugé encore trop répandu qui incrimine le multilinguisme comme cause de son éclosion.<br /><br /></p>


  • Frédérique BRIN-HENRY (Centre Hospitalier de Bar-le-Duc)
    Using corpus-based analyses in specialised paramedical French
    2014, Vol. XIX-1, pp. 103-115

    Les termes diagnostiques apparaissant dans les comptes rendus de bilan orthophonique montrent des variations sémantiques et syntaxiques. Dans cet article nous décrivons la terminologie orthophonique en ce qu’elle révèle la réalité du patient et les représentations du professionnel concernant l’état pathologique du patient. Nous avons procédé à plusieurs étapes d’analyse sur un corpus de 436 textes français: extraction des termes fréquents (« difficultés »), examen des métadonnées concernant l’étiquetage diagnostique (utilisation de tests étalonnés, corrélation entre diagnostic posé et pathologie…), enfin description des propriétés sémantico-syntaxiques les plus saillantes (aspect dynamique, usage prépositionnel). Deux catégories principales opposent les termes relatifs à une conception fonctionnelle à ceux relatifs à une conception systémique de la pathologie. L’objectif est de poser les jalons d’une classification plus proche de la réalité de terrain.