Análise conversacional

  • Evelyne BERGER (Université de Neuchâtel)
    The interactional achievement of tellability: a study of story-openings
    (L’accomplissement interactionnel de la racontabilité : une étude des ouvertures de récits)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 89-107

    <p>Cet article s’intéresse au récit dans la conversation ordinaire en français. Si le récit est un objet d’étude privilégié des sciences humaines et sociales, notre attention se porte ici sur la contribution de l’Analyse Conversationnelle. Les travaux en AC ont mis en évidence la nature interactionnelle des récits, qui sont accomplis à travers les ajustements mutuels des participants tour-après-tour. Après un aperçu des principaux résultats de cette approche, nous présentons une étude sur les ouvertures de récit. Nous y examinons les tours informatifs projetant un récit à divers degrés. L’étude montre que la ‘racontabilité’ d’un récit à venir est établie interactionnellement à travers le formatage du tour informatif et les manifestations verbales et non-verbales d’alignement et d’affiliation de l’interlocuteur.</p>


  • Kirk MCELHEARN (CNRS)
    Writing Conversation. An Analysis of Speech Events in E-mail Mailing Lists
    2000, Vol. V-1, pp. 71-88

    Le courrier électronique est une forme de communication dont l'utilisation est en croissance exponentielle au moment où l'Internet et les autres moyens de communication par ordinateur, CMC (computer-mediated communication), deviennent plus accessibles au grand public. Au-delà de son utilisation dans la communication interpersonnelle, au même titre que les lettres, les notes de service ou les fac-similés, il sert également dans la communication au sein de groupes qui partagent des intérêts ou des buts communs, par l'intermédiaire des listes de diffusion. Alors que ce type de CMC est une forme de communication écrite, de nombreux aspects du discours mis en ouvre dans ces listes rejoignent ceux du discours parlé. Cet article présente le fonctionnement des listes de distribution, la façon dont le type de liste influence le type de discours utilisé, et les différents types d'interactions (speech events) employés dans ces listes.


  • Lorenza MONDADA (Bâle, Suisse)
    Le défi de la multimodalité en interaction
    (The challenges of multimodality in interaction)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 71-87

    <p>Cet article présente le champ de l’analyse conversationnelle multimodale, en faisant référence à la manière dont il s’est développé sur la scène internationale et dont les contributions portant sur des corpus vidéo francophones y ont contribué. Il discute aussi les défis que la multimodalité – entendue comme l’ensemble des ressources langagières et incarnées (gestes, regards, mimiques faciales, postures, mouvements du corps, y inclus des manipulations d’artefacts) mobilisées par les participants à l’interaction pour l’organiser de manière publiquement intelligible – pose pour l’analyse séquentielle de l’interaction sociale. Afin de discuter empiriquement ces aspects, l’article propose dans la dernière partie une analyse d’une collection portant sur une séquence d’actions – les requêtes visant des actions à réaliser immédiatement et leurs réponses –&nbsp; pour lesquelles le formatage multimodal est fondamental.</p>


  • Simona PEKAREK DOEHLER (Neuchâtel, Suisse)
    « CA for SLA » : Analyse conversationnelle et recherche sur l’acquisition des langues
    ("CA for SLA": Conversational analysis and language acquisition research)
    2006, Vol. XI-2, pp. 123-137

    Cet article discute l’analyse conversationnelle (AC) dans le domaine de l’acquisition des langues secondes. Il retrace d’abord l’enracinement de ce courant de recherche dans l’ethnométhodologie et l’AC classique. Il expose ensuite les postulats de base et les principes méthodologiques du courant, qui défient les conceptions dominantes du langage et de l’acquisition. Il discute enfin les grands thèmes de la recherche, en soulevant tant les apports pratiques de l’AC dans le domaine de l’acquisition que les défis, notamment méthodologiques, qui se présentent à l’heure actuelle.


  • Rasmus PERSSON (Université de Linköping & Université d’York)
    La prosodie comme ressource pour l’organisation de l’interaction : état des lieux et illustrations
    (Prosody as a resource for the organisation of interaction: a review and some illustrations)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 33-52

    <p>Cet article offre un état des lieux de la recherche portant sur les liens entre la prosodie et l’organisation de l’interaction sociale. Nous faisons un survol des principaux travaux sur le formatage prosodique et phonétique et sa pertinence procédurale pour l’interaction, selon trois axes : la gestion de la parole, l’organisation séquentielle, et la construction des actions. Dans chaque cas, nous offrons également des analyses illustratives de données en français.</p>


  • Cécile PETITJEAN (Université de Neuchâtel & Université de Lausanne)
    Développements actuels en Analyse Conversationnelle et recherches sur les interactions en français
    (Current developments in Conversation Analysis and studies examining interactions in French)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 5-14

    <p>L’introduction de ce numéro met en lumière les développements que rencontre actuellement le domaine de l’Analyse Conversationnelle et le rôle qu’y jouent les recherches sur les interactions en français. Après un bref panorama épistémologique de cette approche et de la contribution spécifique des travaux issus du domaine francophone en sciences du langage, la présentation des articles composant ce numéro sera l’occasion d’évoquer les enjeux et les défis qui parcourent aujourd’hui le champ de l’Analyse Conversationnelle, comme par exemple la manière dont l’analyse des interactions sociales est susceptible de répondre à certains enjeux sociétaux ou l’enrichissement pouvant découler d’une orientation vers une perspective interdisciplinaire (tant sur le plan conceptuel que méthodologique).</p>


  • Marc RELIEU (École Nationale Supérieure des Télécommu)
    Remarques sur l’analyse conversationnelle et les technologies médiatisées
    (Some remarks on conversational analysis and communication technology)
    2006, Vol. XI-2, pp. 17-32

    À partir d’un examen de la littérature consacrée à l’étude des interactions téléphoniques, cet article présente la façon dont l’analyse conversationnelle a thématisé la question de la technologie. D’abord abordée de manière presque périphérique, l’infrastructure technologique des conversations médiatisées, qui constituent pourtant l’une des sources principales de cette discipline, est aujourd’hui le point de départ de nombreuses recherches. La diversification des modes d’interaction à distance, comme la participation de l’analyse conversationnelle à la conception et à l’expérimentation de technologies conduit à enrichir les angles de comparaison entre les formats d’organisation de l’interaction.


  • Klara SKOGMYR MARIAN (Université de Neuchâtel)
    Le développement de la compétence d'interaction en langue seconde : état des lieux et illustrations empiriques
    (The development of second language interactional competence: Theoretical overview and empirical illustrations)
    2017, Vol. XXII-2, pp. 127-145

    <p>Cet article interroge la nature et le développement de la compétence d'interaction en L2. Nous présentons d'abord un aperçu historique des évolutions qu'ont connues les recherches sur l'acquisition des L2 depuis l'émergence de la notion de compétence de communication jusqu'à l'intérêt actuel pour la compétence d'interaction, et nous discutons les principaux résultats des recherches en Analyse Conversationnelle sur le développement de la compétence d'interaction. Au travers de deux études empiriques sur les directives et l'humour en L2, nous montrons ensuite que le développement de la compétence d'interaction en L2 implique une diversification des ‘méthodes’ interactionnelles mobilisées par les locuteurs pour accomplir des actions sociales, leur permettant de mieux adapter leurs conduites aux interlocuteurs et aux contingences situationnelles.<br /><br /></p>


  • Ray WILKINSON (Londres, Grande-Bretagne)
    Applying conversation analysis to aphasic talk: From investigation to intervention
    2006, Vol. XI-2, pp. 99-110

    L'analyse d'interactions auxquelles participent des locuteurs aphasiques, souffrant d'un trouble du langage suite à un accident cérébral, constitue un domaine de l'« analyse conversationnelle appliquée », qui a été alimenté par de nombreuses recherches ces dernières années. Dans ce champ, l'analyse conversationnelle a informé les interventions de chercheurs aussi bien que les pratiques cliniques de professionnels travaillant avec des locuteurs aphasiques et leurs familles. Cet article offre une synthèse des principaux résultats produits par les travaux portant sur la parole aphasique et s'inspirant des analyses de la structure de la parole-en-interaction ordinaire et non-aphasique - concernant notamment les réparations et l'alternance des tours de parole. L'article esquisse aussi la manière dont cette approche de l'aphasie peut être utilisée dans le domaine clinique ainsi que dans des pratiques professionnelles ordinaires.