• Marie-Laure ELALOUF & Catherine BORÉ (Cergy-Pontoise / IUFM de Versailles)
    Construction et exploitation de corpus d'écrits scolaires
    (The building-up and exploitation of corpora of texts written in schools)
    2007, Vol. XII-1, pp. 53-70

    La première partie de l'article expose les questions méthodologiques qui ont présidé à la constitution et à la transcription d'un grand corpus de textes scolaires, avec leurs contextes d'enseignement. Dans la deuxième partie de l'article sont présentées les interrogations épistémologiques qui ont orienté une deuxième recherche : sur la définition des genres scolaires, d'un corpus, et d'un contexte, et de la nécessaire mise en relation de ces trois éléments. La description d'essais tentés à l'aide de logiciels d'analyse sur des corpus scolaires a priori non conformes aux normes génériques et orthographiques débouche sur des pistes d'utilisation sériées et accompagnées de démarches qualitatives.


  • Marie-Laure ELALOUF & Anne TRÉVISE (Cergy-Pontoise / Paris-Ouest Nanterre)
    Le traitement des connecteurs dans les Instructions officielles et les manuels (français L1 / anglais L2)
    (Connectors in French ministerial directives and textbooks (French L1/English L2))
    2011, Vol. XVI-2, pp. 121-140

    Dans les programmes du français, le terme de connecteur est devenu un terme englobant pour désigner des mots invariables réunis selon des critères sémantiques, voire tout syntagme commutant avec un adverbe à valeur circonstancielle. Etudiés sous forme de listes, les connecteurs n'assument pas leur fonction de guide pour l'interprétation en langue 1. La conscience des apprenants n'étant pas attirée sur le fonctionnement de ces unités hétérogènes en anglais, ces difficultés se retrouvent a fortiori en langue 2. Le filtre préalable de la langue maternelle, joint aux savoirs approximatifs sur le français, conduisent à des relations biunivoques nuisant aux savoir-faire argumentatifs en langue 2, les articulations plaquées apprises en listes prenant parfois le pas sur les contenus des productions. Une réflexion métalinguistique, s'appuyant sur la comparaison des systèmes linguistiques, appellerait la définition progressive de métatermes communs.