Sommaire des numéros

2002-1Lexique : recherches actuelles
(Lexicon: current research)
Cliquer sur le livret pour en lire un résuméCe numéro est en ligne en texte intégral sur le portail: Cairn.info
  • Agnès TUTIN & Francis GROSSMANN (Grenoble 3 / Université Grenoble-Alpes)
    Collocations régulières et irrégulières : esquisse de typologie du phénomène collocatif
    (Regular and irregular collocations. Towards a typology of the collocation phenomenon)
    pp. 7-25

    Les collocations constituent une thématique essentielle dans les phénomènes de combinatoire lexicale, mais restent souvent définies de façon floue. Dans cet article, notre premier objectif est de proposer une définition plus claire du phénomène, en nous appuyant sur des paramètres rendant compte du degré de figement. Nous présentons ensuite quelques caractéristiques syntaxiques, puis quelques mécanismes sémantiques productifs dans la genèse des collocations imagées. Nous distinguons enfin les collocations de notions voisines.


    Mots-clés: 
  • Piek VOSSEN (Amsterdam, Pays-Bas)
    WordNet, EuroWordNet and Global WordNet
    pp. 27-38

    On se propose de présenter ici brièvement l'architecture de la base de données WordNet, conçue pour représenter des relations conceptuelles et construite initialement pour l'anglais, ainsi que les prolongements qui en ont été faits sous le nom de EuroWordNet pour sept autres langues européennes.


  • Patrick SAINT-DIZIER (CNRS-Toulouse)
    Quelques défis et éléments de méthode pour la construction de ressources lexicales sémantiques
    (Challenges and methods in building lexical semantic tools)
    pp. 39-51

    Dans cet article, nous abordons le problème de la constitution d'un lexique de ressources sémantiques. Notre travail a été consacré aux formes prédicatives, verbes et prépositions. Nous abordons en premier lieu plusieurs aspects liés à la méthode et au positionnement théorique d'un tel travail. Ensuite, nous décrivons les ressources développées : alternances, grilles thématiques, structure lexicale conceptuelle. Nous concluons sur l'utilisation concrète de telles ressources.


  • Ulrich HEID (Stuttgart, Allemagne)
    La mise à jour semi-automatique de dictionnaires : une application de l'acquisition lexicale et de la métalexicographie
    (Semi-automatic updating of dictionaries)
    pp. 53-66

    Beaucoup de maisons d'édition ont besoin de matériaux linguistiques extraits de corpus qui permettent de mettre à jour des dictionnaires déjà sur le marché. La plupart des dictionnaires publiés existent sur support électronique. Ceci nous a permis de combiner des techniques computationnelles d'analyse de corpus avec des méthodes pour l'analyse de dictionnaires, pour ainsi produire des matériaux de support pour la mise à jour de dictionnaires. Un prototype d'un tel système existe pour l'allemand, et une version améliorée est en cours de développement, en coopération avec deux maisons d'édition. Il fournit au lexicographe les résultats d'une comparaison entre dictionnaires et corpus.L'article donne un résumé des aspects lexicographiques et computationnels centraux de ce système d'aide à la mise à jour de dictionnaires.


  • Odile BAGOU & Ulrich H. FRAUENFELDER (Genève, Suisse)
    Alignement lexical et segmentation de la parole
    (Lexical alignment and segmentation in speech recognition)
    pp. 67-82

    Comment les auditeurs segmentent-ils la parole continue en mots ? On aborde cette question essentielle en présentant d'abord les positions courantes sur la segmentation lexicale. Après quelques rappels sur le problème plus général de la reconnaissance des mots parlés, on examine les différents types de signaux - phonétiques, phonologiques, prosodiques, lexicaux - qui, ainsi qu'il a été établi, jouent un rôle dans la segmentation de la parole. On analyse alors comment ces signaux servent à localiser des points d'alignement dans la continuité du signal sonore. Ces points servent à définir quelles sont les parties du signal d'un côté et les représentations dans le lexique mental de l'autre qui se trouvent ainsi associées. Plusieurs solutions à ce problème d'alignement sont discutées à la lumière d'expériences récentes.


  • Elsa SPINELLI, Anne CUTLER & James M. MCQUEEN (Nimègue, Pays-Bas)
    Resolution of liaison for lexical access in French
    pp. 83-96

    La reconnaissance de la parole implique l'activation automatique des 'candidats lexicaux' compatibles avec l'entrée perceptuelle. Dans le flux sonore les mots s'enchaînent sans interruption, et les limites de syllabes peuvent se confondre avec celles de mots. Ainsi, dans 'petit agneau' la liaison crée une syllabe qui commence par une consonne alors que le mot 'agneau' commence par une voyelle. Dans deux expériences où les temps de réaction étaient mesurés, on s'est demandé comment des locuteurs français reconnaissaient des mots dans des contextes de liaison. Les résultats permettent de penser que la résolution de la liaison dépend d'une part de signaux acoustiques permettant de distinguer entre les consonnes de liaison et celles de non-liaison, mais d'autre part de la disponibilité du support lexical pour une interprétation de liaison.


    Mots-clés: 
  • Jean-François SABLAYROLLES (Paris 7)
    Fondements théoriques des difficultés pratiques du traitement des néologismes
    (Theoretical issues and practical difficulties in processing neologisms)
    pp. 97-111

    Les difficultés concrètes d'une collecte, individuelle ou collective, manuelle ou automatisée, des néologismes, proviennent de la diversité des objets et de problèmes théoriques à propos de leur statut. La constitution d'un corpus d'exclusion est délicate. On risque de laisser échapper nombre de néologismes formels, à plus forte raison les autres types de néologismes : sémantiques, syntaxiques, par combinatoire lexicale ou par détournement. Les variations observées du sentiment néologique ne sont pas complètement aléatoires : elles sont imputables en partie aux personnes, en partie aux matrices lexicales. On peut essayer de construire une échelle de néologicité. Reste à apprécier l'inscription sociale du néologisme, sa durée de vie (à partir de quand et jusqu'à quand ?), sans compter les trajectoires imprévisibles.


  • Marie-Christine HAZAËL-MASSIEUX (Aix-en-Provence)
    Prolégomènes à une néologie créole
    (Towards a creole neology)
    pp. 113-121
Comptes rendus
  • Linguistique sur corpus ? Études et réflexions, de M. Bilger (éd.)
    par L. Clément
    pp. 123-124
  • Corpus. Méthodologie et applications linguistiques, de M. Bilger (éd.)
    par L. Clément
    pp. 123-124
  • Entre signe et concept. Eléments de terminologie générale, de L. Depecker
    par G. Petit
    pp. 124-125
  • Le conditionnel en français. Une approche polyphonique, de P. Haillet
    par A. Delaveau
    pp. 126-128
  • L'invention de la langue. Le choix des mots nouveaux, de L. Depecker
    par G. Petit
    pp. 126