Index de mots clés

Métaphore

  • Maud CHAMPAGNE-LAVAU, Laura MONETTA & Noémie MOREAU (Université d’Aix-Marseille / Université Laval (Québec) / Centre hospitalier du Pays d'Aix)
    Impact of educational level on metaphor processing in older adults
    2012, Vol. XVII-2, pp. 89-100

    La capacité à comprendre le langage non littéral est une composante essentielle de notre communication quotidienne et un amoindrissement de cette capacité pourrait avoir un impact sur notre vie sociale ; très peu d’études ont cependant examiné la façon dont le niveau d'éducation affecte cette capacité chez les personnes âgées. Comprendre les métaphores, comme beaucoup d'autres énoncés non littéraux, produit une apparente nécessité d’aller par-delà de ce qui est littéralement dit pour appréhender l'intention de communication du locuteur et, par conséquent, le sens de ses énoncés. Le but de cette étude était d'évaluer l'effet du niveau d'éducation sur la compréhension des métaphores chez des individus âgés. Les participants âgés droitiers ont été évalués en utilisant un paradigme d'amorçage sémantique. Les résultats montrent que le niveau d’éducation des participants joue un rôle important dans le traitement de la métaphore.


  • Sophie DE GUIRE OUELLET, Alban LETANNEUX, Maud CHAMPAGNE-LAVAU & Serge PINTO (Université d’Aix-Marseille / Aix-Marseille)
    Parole et langage dans la maladie de Parkinson : études en neuro-imagerie fonctionnelle
    (Language and Speech in Parkinson’s disease: studies in functional neuro-imaging)
    2012, Vol. XVII-2, pp. 19-31

    Des troubles moteurs de la parole sont souvent présents dans les pathologies du mouvement. Notre objectif est ici de dresser un état de l'art concernant les études réalisées en neuro-imagerie fonctionnelle sur les troubles de la parole et du langage dans la maladie de Parkinson. L’ensemble des résultats nous fait envisager l’existence de « physiopathologies fonctionnelles » dépendantes de la fonction mise en jeu : le profil d’activation cérébrale implique un recrutement compensatoire spécifique qui relève tout autant de la nature motrice elle-même que des déficits d’activation liée à la pathologie. La variété des méthodologies utilisées, le faible nombre de patients étudiés et des conditions thérapeutiques non-homogènes rendent encore difficile la comparaison entre les études répertoriées.