• Mylène BLASCO-DULBECCO, Paul CAPPEAU & Marie SAVELLI (Clermont-Ferrand / Poitiers / Grenoble)
    Preuves à l'appui : les relations entre les données et l'analyse
    (Proven relationships between data and analysis)
    1999, Vol. IV-2, pp. 31-40

    Les données orales sont souvent d'un point de vue fréquentiel et distributionnel différentes des données écrites. Elles obligent à affiner la description en fournissant des particularités de construction ou des contextes absents à l'écrit.Les dislocations et la forme 'il y a', réputées pour leur emploi massif à l'oral, apportent des exemples souvent imprévisibles tant du point de vue de leurs spécificités distributionnelles que pour leur rôle dans la dynamique textuelle.Le sujet 'certains', pour sa part peu fréquent dans la langue parlée, donne cependant des faits de distribution pour le moins variés et nettement répartis et ce en relation avec le genre de corpus dépouillé.Cet article se propose donc d'exposer trois cas de figure représentatifs de la relation entre les données et l'analyse.


  • Berthille PALLAUD & Marie SAVELLI (Aix-en-Provence / Grenoble)
    L’oral enfantin : comment l’évaluer ?
    (Methods for evaluating speech production in children)
    2001, Vol. VI-1, pp. 121-135

    Si la notion de dysfonctionnement langagier n'est pas facile à cerner, c'est qu'on ne sait pas bien par rapport à quoi cette notion peut être établie. Les études, nombreuses maintenant, dans le domaine de l'oral ont montré combien il pouvait être tendancieux de vouloir jauger des énoncés oraux en les comparant à des énoncés écrits. L'élaboration de l'oral impose des particularités qui peuvent surprendre au regard d'énoncés écrits mais qui ne sont pas pour autant des signes de dysfonctionnement langagier. En ce qui concerne les paroles d'enfants notamment, les biais d'évaluation sont souvent redoublés d'un adultocentrisme qui conduit parfois à conclure trop rapidement et abusivement à un dysfonctionnement langagier. Nous nous proposons d'exposer ce qui peut être considéré comme faute "banale" à l'oral chez l'enfant et ce qui peut être indice de difficultés plus spécifiques.